Install OpenStack Server

Revision for “Install OpenStack Server” created on 4 février 2016 à 13 h 36 min

Titre
Install OpenStack Server
Contenu
OpenStack est un logiciel libre qui permet la construction de cloud privé et public. OpenStack est aussi une communauté et un projet en plus d'un logiciel qui a pour but d'aider les organisations à mettre en oeuvre un système de serveur et de stockage virtuel. OpenStack est composé d'une série de logiciels et de projets au code source libre qui sont maintenu par la communauté incluant: OpenStack Compute (nommé Nova), OpenStack Object Storage (nommé Swift), et OpenStack Image Service (nommé Glance). Ce document présente l'installation des composants d'identité, d'images et virtualisation sur une seule machine. Il s'agit plutôt d'une configuration de développement mais néanmoins fonctionnelle. Les services réseau avancé et stockage que sont respectivement Quantum et Swift ne seront pas abordés dans ce document. == Pré-requis == *Disposer des droits d'administration. *Disposer d'une connexion à Internet configurée et activée. *Avoir les dépôts d'activés *Un processeur supportant la virtualisation matérielle (test sur la page KVM) *Disposer d'un disque dur ou d'une partition non formatée pour LVM *Ne pas avoir peur de la ligne de commande *Avoir installé les paquets: **kvm,libvirt-bin,virtinst. **mysql-server,python-mysqldb **bridge-utils *Il est nécessaire de configurer le réseau en IP Fixe. Supprimez les paquets Network-Manager ou Wicd et resolvconf. Tous les services OpenStack seront installés sur la même machine. La configuration abordée suppose l'utilisation de 2 interfaces réseau. == Préparation du système == === Réseau === L'utilisation d'une interface wifi pour les bridges peut se révéler très complexe voire impossible. Préférez une interface virtuelle Modifiez avec les droits d'administration votre fichier '''/etc/network/interfaces''' comme ci-dessous en adaptant a votre configuration. <pre> auto lo iface lo inet loopback auto eth0 iface eth0 inet manual auto eth1 iface eth1 inet manual auto br0 iface br0 inet static bridge_ports eth0 address 192.168.1.250 netmask 255.255.255.0 gateway 192.168.1.254 broadcast 192.168.1.255 auto br1 iface br1 inet manual bridge_ports eth1 </pre> Modifiez avec les droits d'administration votre fichier '''/etc/resolv.conf''' comme ci-dessous et ajoutez vos DNS habituels. Les DNS ci dessous sont ceux de Google <pre> nameserver 8.8.8.8 nameserver 8.8.4.4 </pre> Relancez les cartes réseau pour que les modifications soient prises en compte. <pre> for a in `ifconfig | awk '/Link/ { if ($1 != "lo") print $1 }'`; do sudo ifdown $a ; done sudo ifup -e lo -av </pre> === Serveur NTP === Le serveur NTP étant nécessaire à la bonne synchronisation du cloud, installez le paquet ntp. Ensuite, ouvrez avec les droits d'administration le fichier '''/etc/ntp.conf''' et ajoutez les lignes <pre> server ntp.ubuntu.com iburst server 127.127.1.0 fudge 127.127.1.0 stratum 10 </pre> Redémarrez le service <pre> sudo service ntp restart </pre> === LVM === Les volumes LVM serviront de disques durs supplémentaires pour les serveurs virtuels. Installez les paquets tgt,open-iscsi,open-iscsi-utils,lvm2 Les commandes qui suivent supposent que vous avez un disque dur '''/dev/sdc''' vide sans partition. Adaptez les commandes en fonction de votre configuration. Créez une partition non formatée de 100Gigas sur '''/dev/sdc''' en adaptant à votre configuration: <pre> sudo fdisk /dev/sdc n p 1 <return> +100G w </pre> Vous avez maintenant une partition primaire vide de 100 Gigas '''/dev/sdc1'''. Créez maintenant le volume LVM. Attention, le nom '''nova-volumes''' doit être respecté: <pre> sudo pvcreate /dev/sdc1 sudo vgcreate nova-volumes /dev/sdc1 </pre> === RabbitMQ === RabbitMQ est un courtier de messages se basant sur le standard AMQP afin d'échanger avec différents clients. Pour faire simple: c'est le service qui permet aux composants OpenStack de communiquer entre eux. Installez les paquets rabbitmq-server,memcached,python-memcache === Mysql === Chaque composant possède sa base de données MySQL, contenant toutes les données modifiables à chaud (ID des images disques, des instances virtuelles, réseaux, identités…). Les données de configuration fixes sont stockées dans des fichiers texte. Il est possible d'utiliser un autre SGBD, MySQL étant recommandé dans la documentation OpenStack. Pour indiquer a MySQL que le serveur doit écouter sur toutes les adresses et pas seulement sur la boucle locale, modifiez sa configuration en ouvrant avec les droits d'administration le fichier '''/etc/mysql/my.cnf''' pour remplacer: <pre> bind-address = 127.0.0.1 </pre> par <pre> bind-address = 0.0.0.0 </pre> et redémarrez MySQL <pre> sudo service mysql restart </pre> == Keystone == Le composant Keystone est chargé de la gestion des utilisateurs et des services. *Gestion des utilisateurs La gestion des utilisateurs s'articule autour de 3 objets: **l'objet User représentant l'utilisateur final. **L'objet Tenant que l'on peut représenter par un projet, une organisation au sein duquel les instances seront regroupées et administrées par les utilisateurs. **L'objet Role qui définit le rôle de l'utilisateur sur un Tenant. Un utilisateur peut avoir un ou plusieurs rôles sur différents Tenants. *Gestion des services et points d'accès **La gestion des différents services, comme Glance pour les images ou Swift pour le stockage. **La définition des points d'accès a ces différents services, les url et ports pour y accéder === Préparation de la base de données Mysql === Commencez par créer la base MySQL. La commande suivante crée un utilisateur et sa base de données nommés "keystone". Changez SQLPASSWD par un mot de passe de votre choix. <pre> mysql -u root -p <<EOF CREATE DATABASE keystone; GRANT ALL PRIVILEGES ON keystone.* TO 'keystone'@'%' IDENTIFIED BY 'SQLPASSWD'; FLUSH PRIVILEGES; EOF </pre> === Installation === Installez les paquets keystone,python-keystone,python-keystoneclient === Configuration === Ouvrez avec les droits d'administration le fichier /etc/keystone/keystone.conf pour modifier les sections suivantes: Remplacez ADMPASSWD par un mot de passe de votre choix et et SQLPASSWD par le mot de passe MySQL défini ci dessus <pre> [DEFAULT] bind_host = 0.0.0.0 public_port = 5000 admin_port = 35357 # Mot de passe d'administration admin_token = ADMPASSWD compute_port = 8774 verbose = True debug = True log_config = /etc/keystone/logging.conf [sql] connection = mysql://keystone:SQLPASSWD@192.168.1.250:3306/keystone idle_timeout = 200 </pre> Redémarrez keystone: <pre> sudo service keystone restart </pre> et synchronisez la base de données: <pre> sudo keystone-manage db_sync </pre> === Création des utilisateurs === Chaque commande ci-dessous contient l'authentification définie dans le fichier '''keystone.conf''' et utilisée par le client python sous la forme --token admin_token <mot de passe d'administration> --endpoint url_du_service_keystone <adresse du serveur:port/directory/>. ==== Création du compte administrateur ==== <pre> keystone --token ADMPASSWD --endpoint http://192.168.1.250:35357/v2.0/ user-create --name=admin --pass=ADMPASSWD --email=admin@example.com </pre> Répondra quelque chose comme <pre> +----------+-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+ | Property | Value | +----------+-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+ | email | admin@example.com | | enabled | True | | id | c97c87b3ed894401975dd6d757b40330 | | name | admin | | password | $6$rounds=40000$cZhg187ypC6hMMD1$YQAxiXspmMVsu1di.o3UlZjvjlEO9WXii48Q29tyIXTzDpT5e92XBij9Pz4A5YLoGaccf8PBf1jcAan9YLDOl. | | tenantId | None | +----------+-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+ </pre> ==== Création du compte interne du service Glance ==== <pre> keystone --token ADMPASSWD --endpoint http://192.168.1.250:35357/v2.0/ user-create --name=glance --pass=ADMPASSWD --email=glance@example.com </pre> Répondra <pre> +----------+-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+ | Property | Value | +----------+-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+ | email | glance@example.com | | enabled | True | | id | 876ef0a6c0c048039f847e61da7260b4 | | name | glance | | password | $6$rounds=40000$pYJjQYtDJGdFB/nl$UOmryhbqCIROSPNhs8/svbPg2JIns31yImcAXTh/CXT3o9GOZTNYadZe2zp7M0.XeHqJD5bI1lhZYM09uSrmN0 | | tenantId | None | +----------+-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+ </pre> ==== Création du compte interne du service Nova ==== <pre> keystone --token ADMPASSWD --endpoint http://192.168.1.250:35357/v2.0/ user-create --name=nova --pass=ADMPASSWD --email=nova@example.com </pre> Répondra <pre> +----------+-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+ | Property | Value | +----------+-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+ | email | nova@example.com | | enabled | True | | id | 5c54624fef2242e185af10b7a2a2768f | | name | nova | | password | $6$rounds=40000$ogH/.VbZJgp2pDF8$w7TCuRu95Q8c6PMR5Zmbs7Osjk8tXfkDKixzRY.t/Ghv/WvOoLD1au/cCbMWVfaEhr14RAGheTA2E2rPoVEjd1 | | tenantId | None | +----------+-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+ </pre> === Création des rôles === Pour les rôles utilisateurs vous avez le choix entre : *admin: donne le droit de modifier la configuration des services (ex:allouer une plage d'adresse IP, un quota d'espace disque pour un projet etc…) *Member: permet de gérer le contenu du projet (création d'instances de machines, ajout d'un disque virtuel a l'une d'elles etc…) Les rôles KeystoneAdmin et KeystoneServiceAdmin sont des rôles internes nécessaires. ==== Rôle admin ==== <pre> keystone --token ADMPASSWD --endpoint http://192.168.1.250:35357/v2.0/ role-create --name=admin </pre> <pre> +----------+----------------------------------+ | Property | Value | +----------+----------------------------------+ | id | 3d945f41e08e4e2db1584fdb8f05d333 | | name | admin | +----------+----------------------------------+ </pre> ==== Rôle Membre ==== <pre> keystone --token ADMPASSWD --endpoint http://192.168.1.250:35357/v2.0/ role-create --name=Member </pre> <pre> +----------+----------------------------------+ | Property | Value | +----------+----------------------------------+ | id | 84697b61736c439288900904bdf4a48d | | name | Member | +----------+----------------------------------+ </pre> ==== Rôle KeystoneAdmin ==== <pre> keystone --token ADMPASSWD --endpoint http://192.168.1.250:35357/v2.0/ role-create --name=KeystoneAdmin </pre> <pre> +----------+----------------------------------+ | Property | Value | +----------+----------------------------------+ | id | d4d6482b0ec04e0fa24aa8263c182d08 | | name | KeystoneAdmin | +----------+----------------------------------+ </pre> ==== Rôle KeystoneServiceAdmin ==== <pre> keystone --token ADMPASSWD --endpoint http://192.168.1.250:35357/v2.0/ role-create --name=KeystoneServiceAdmin </pre> <pre> +----------+----------------------------------+ | Property | Value | +----------+----------------------------------+ | id | 46590e32dbbe40f29253b5b928b83d1b | | name | KeystoneServiceAdmin | +----------+----------------------------------+ </pre> === Création des Tenants === ==== Tenant admin ==== Le Tenant admin permet à ses membres d'administrer les services. <pre> keystone --token ADMPASSWD --endpoint http://192.168.1.250:35357/v2.0/ tenant-create --name=admin </pre> <pre> +-------------+----------------------------------+ | Property | Value | +-------------+----------------------------------+ | description | None | | enabled | True | | id | 0f71e86d30e247d3b1216fe5f2f3aa50 | | name | admin | +-------------+----------------------------------+ </pre> ==== Tenant service ==== Le Tenant interne des services. <pre> keystone --token ADMPASSWD --endpoint http://192.168.1.250:35357/v2.0/ tenant-create --name=service </pre> <pre> +-------------+----------------------------------+ | Property | Value | +-------------+----------------------------------+ | description | None | | enabled | True | | id | 1a3515e468f14e0ebb4a4e83447e7bf7 | | name | service | +-------------+----------------------------------+ </pre> === Définition des rôles === Il faut pour cela utiliser les ID affichés lors de la création des Users, Roles et Tenants. L'User "admin" a un Role admin sur le Tenant "admin". <pre> keystone --token ADMPASSWD --endpoint http://192.168.1.250:35357/v2.0/ user-role-add --user-id c97c87b3ed894401975dd6d757b40330 --role-id 3d945f41e08e4e2db1584fdb8f05d333 --tenant_id 0f71e86d30e247d3b1216fe5f2f3aa50 </pre> Comme ce n'est pas pratique de recopier les IDs, les erreurs de frappe seront évitées grâce à l'outil awk. Il s'agira de définir les rôles ainsi: *L'User "admin" a un Role "KeystoneAdmin" sur le Tenant "admin". *L'User "admin" a un Role "KeystoneServiceAdmin" sur le Tenant "admin". *L'User "glance" a un Role "admin" sur le Tenant "service". *L'User "nova" a un Role "admin" sur le Tenant "service". Voici les commandes correspondantes : <pre> keystone user-role-add --user `keystone user-list | awk '/ admin / { print $2 }'` --role `keystone role-list | awk '/ KeystoneAdmin / { print $2 }'` --tenant_id `keystone tenant-list | awk '/ admin / { print $2 }'` keystone user-role-add --user `keystone user-list | awk '/ admin / { print $2 }'` --role `keystone role-list | awk '/ KeystoneServiceAdmin / { print $2 }'` --tenant_id `keystone tenant-list | awk '/ admin / { print $2 }'` keystone user-role-add --user `keystone user-list | awk '/ glance / { print $2 }'` --role `keystone role-list | awk '/ admin / { print $2 }'` --tenant_id `keystone tenant-list | awk '/ service / { print $2 }'` keystone user-role-add --user `keystone user-list | awk '/ nova / { print $2 }'` --role `keystone role-list | awk '/ admin / { print $2 }'` --tenant_id `keystone tenant-list | awk '/ service / { print $2 }'` </pre> === Création d'un utilisateur supplémentaire === Il s'agira dans l'exemple qui suit de la création d'un compte utilisateur, d'un projet supplémentaire et définition du role avec la variable d'environnement $USER (remplacer par ce que vous voulez, c'est juste un exemple) Le rôle "Member" est suffisant. Remplacez USRPASSWD par un mot de passe de votre choix ==== User ==== <pre> keystone --token ADMPASSWD --endpoint http://192.168.1.250:35357/v2.0/ user-create --name=$USER --pass=USRPASSWD --email=$USER@example.com </pre> <pre> +----------+-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+ | Property | Value | +----------+-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+ | email | xavier@example.com | | enabled | True | | id | 13247a59ad844458ad36c0bd06451376 | | name | xavier | | password | $6$rounds=40000$3YPS4NJ1DqKdzEjc$XPGFlqCfu2ZCNUMJCjFMkvFfXrOkixuVq1I6.mjd9PXzU.4u6ELHYeNbvYJyiCGvUHaggIgo9rMESeA8v4x3Y1 | | tenantId | None | +----------+-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+ </pre> ==== Tenant ==== <pre> keystone --token ADMPASSWD --endpoint http://192.168.1.250:35357/v2.0/ tenant-create --name=$USER </pre> <pre> +-------------+----------------------------------+ | Property | Value | +-------------+----------------------------------+ | description | None | | enabled | True | | id | c6f05a03b4aa482c91b61a2230356618 | | name | xavier | +-------------+----------------------------------+ </pre> ==== Rôle ==== <pre> keystone --token ADMPASSWD --endpoint http://192.168.1.250:35357/v2.0/ user-role-add --user-id 13247a59ad844458ad36c0bd06451376 --role-id 84697b61736c439288900904bdf4a48d --tenant_id c6f05a03b4aa482c91b61a2230356618 </pre> === Création des services et leurs points d'accès === ==== Le service Keystone ==== <pre> keystone --token ADMPASSWD --endpoint http://192.168.1.250:35357/v2.0/ service-create --name=keystone --type=identity --description='Keystone Identity Service' </pre> <pre> +-------------+----------------------------------+ | Property | Value | +-------------+----------------------------------+ | description | Keystone Identity Service | | id | 41905e02540d48228166c6d06ddcd9f0 | | name | keystone | | type | identity | +-------------+----------------------------------+ </pre> ==== Le point d'accès Keystone ==== <pre> keystone --token ADMPASSWD --endpoint http://192.168.1.250:35357/v2.0/ endpoint-create --region RegionOne --service_id=41905e02540d48228166c6d06ddcd9f0 --publicurl=http://192.168.1.250:5000/v2.0 --internalurl=http://192.168.1.250:5000/v2.0 --adminurl=http://192.168.1.250:35357/v2.0 </pre> <pre> +-------------+----------------------------------+ | Property | Value | +-------------+----------------------------------+ | adminurl | http://192.168.2.250:35357/v2.0 | | id | f1c517d5754a493fa67fc21b3f4264c4 | | internalurl | http://192.168.2.250:5000/v2.0 | | publicurl | http://192.168.2.250:5000/v2.0 | | region | RegionOne | | service_id | 41905e02540d48228166c6d06ddcd9f0 | +-------------+----------------------------------+ </pre> Les services et points d'accès des autres services seront ajoutés après l'installation du composant bien qu'il soit possible de les définir dès maintenant. === Utilisation === Il y a plusieurs façons possibles de s'identifier en lançant une commande keystone. *La méthode d'identification utilisée précédemment avec le mot de passe d'administration (variable admin_token définie dans le fichier keystone.conf) avec les arguments --endpoint et --token <pre> keystone --endpoint http://localhost:35357/v2.0 --token ADMPASSWD user-list </pre> *La méthode user/password avec les arguments --username, --tenant_name et --password, après définition des utilisateurs, rôles et projets. <pre> keystone --username admin --password ADMPASSWD --tenant_name admin --auth_url http://localhost:5000/v2.0 user-list </pre> Pour les deux méthodes, il est possible d'utiliser des variables d'environnement pour éviter de ressaisir tous les arguments à chaque commande. 1ère méthode: <pre> export SERVICE_ENDPOINT=http://localhost:35357/v2.0/ export SERVICE_TOKEN=ADMPASSWD keystone user-list </pre> 2ème méthode: <pre> export OS_TENANT_NAME=admin export OS_USERNAME=admin export OS_PASSWORD=ADMPASSWD export OS_AUTH_URL="http://localhost:5000/v2.0/" keystone user-list </pre> Pour éviter de refaire un export des variables à chaque ouverture de terminal, vous pouvez les exporter automatiquement. Il suffit de créer un fichier '''.novarc''' dans votre Dossier Personnel contenant les lignes suivantes <pre> export OS_TENANT_NAME=admin export OS_USERNAME=admin export OS_PASSWORD=ADMPASSWD export OS_AUTH_URL="http://192.168.1.250:5000/v2.0/" </pre> Ajoutez ensuite la ligne suivante a la fin de votre fichier '''.bashrc''' <pre> source ~/.novarc </pre> Les variables seront exportées comme variables d'environnement et vous pourrez utiliser toutes les commandes sous la forme simple sans ressaisir les informations d'authentification. <pre> keystone user-list </pre> <pre> +----------------------------------+---------+--------------------------+--------+ | id | enabled | email | name | +----------------------------------+---------+--------------------------+--------+ | 13247a59ad844458ad36c0bd06451376 | True | xavier@example.com | xavier | | 5c54624fef2242e185af10b7a2a2768f | True | nova@example.com | nova | | 876ef0a6c0c048039f847e61da7260b4 | True | glance@example.com | glance | | c97c87b3ed894401975dd6d757b40330 | True | admin@example.com | admin | +----------------------------------+---------+--------------------------+--------+ </pre> Les commandes keystone role-list et keystone tenant-list affichent respectivement la liste des rôles et tenants. Il est bien sur possible d'envoyer des commandes à partir de n'importe quel autre ordinateur où le paquet python-keystoneclient est installé. Pour voir la liste des commandes disponibles et les détails utilisez : <pre> keystone help [NOM DE LA COMMANDE] </pre> == Glance == La prochaine étape est l'installation du service d'images Glance. C'est le service chargé de distribuer les images de disque dur système utilisées par les machines virtuelles. === Préparation de la base de données Mysql === La commande suivante crée un utilisateur et sa base de données nommés "glance". Changez SQLPASSWD par un mot de passe de votre choix. <pre> mysql -u root -p <<EOF CREATE DATABASE glance; GRANT ALL PRIVILEGES ON glance.* TO 'glance'@'%' IDENTIFIED BY 'SQLPASSWD'; FLUSH PRIVILEGES; EOF </pre> === Installation === Installez les paquets glance,glance-api,glance-client,glance-common,glance-registry,python-glance === Configuration === Il faut aussi créer les services et points d'accès correspondants pour Keystone <pre> keystone service-create --name=glance --type=image --description='Glance Image Service' </pre> <pre> +-------------+----------------------------------+ | Property | Value | +-------------+----------------------------------+ | description | Glance Image Service | | id | 39bbd3107c4c4153a408a3b6a34ef931 | | name | glance | | type | image | +-------------+----------------------------------+ </pre> <pre> keystone endpoint-create --region RegionOne --service_id=39bbd3107c4c4153a408a3b6a34ef931 --publicurl=http://192.168.1.250:9292/v1 --internalurl=http://192.168.1.250:9292/v1 --adminurl=http://192.168.1.250:9292/v1 </pre> <pre> +-------------+----------------------------------+ | Property | Value | +-------------+----------------------------------+ | adminurl | http://192.168.1.250:9292/v1 | | id | 8fa4c9092dbb4ce989fdcbaceddec45d | | internalurl | http://192.168.1.250:9292/v1 | | publicurl | http://192.168.1.250:9292/v1 | | region | RegionOne | | service_id | 39bbd3107c4c4153a408a3b6a34ef931 | +-------------+----------------------------------+ </pre> Dans les fichiers ci-dessous, SQLPASSWD est le mot de passe MySQL Glance, ADMPASSWD le mot de passe du compte de service Glance Ouvrez avec les droits d'administration le fichier '''/etc/glance/glance-api-paste.ini''', allez à la fin pour modifier ces lignes avec les valeurs correspondant à votre installation: <pre> admin_tenant_name = service admin_user = glance admin_password = ADMPASSWD </pre> La section [pipeline:glance-api] doit contenir <pre> [pipeline:glance-api] pipeline = versionnegotiation authtoken auth-context apiv1app </pre> Ouvrez avec les droits d'administration le fichier '''/etc/glance/glance-api.conf''' pour y ajouter les lignes suivantes: <pre> [paste_deploy] flavor = keystone </pre> Ouvrez avec les droits d'administration le fichier '''/etc/glance/glance-registry.conf''' et modifiez la ligne suivante: <pre> sql_connection = mysql://glance:SQLPASSWD@192.168.1.250:3306/glance </pre> et ajoutez à la fin <pre> [paste_deploy] flavor = keystone </pre> Ouvrez avec les droits d'administration le fichier '''/etc/glance/glance-scrubber.conf''' pour ajouter les lignes suivantes: <pre> sql_connection = mysql://glance:SQLPASSWD@192.168.1.250:3306/glance sql_idle_timeout = 3600 </pre> Ouvrez avec les droits d'administration le fichier '''/etc/glance/glance-registry-paste.ini''' et modifiez les lignes suivantes: <pre> admin_tenant_name = service admin_user = glance admin_password = ADMPASSWD </pre> et la section <pre> [pipeline:glance-registry] pipeline = authtoken auth-context context registryapp </pre> Synchronisez maintenant la base de données MySQL <pre> sudo glance-manage version_control 0 sudo glance-manage db_sync </pre> Redémarrez les services pour la prise en compte des modifications <pre> sudo service glance-api restart && sudo service glance-registry restart </pre> === Utilisation === Vérifiez maintenant si tout fonctionne correctement. Téléchargez une première image pour tester: <pre> wget http://uec-images.ubuntu.com/releases/precise/release/ubuntu-12.04-server-cloudimg-amd64-disk1.img </pre> Ajoutez maintenant l'image téléchargée aux images Glance <pre> glance add name="Ubuntu 12.04 cloudimg amd64" is_public=true container_format=ovf disk_format=qcow2 < ubuntu-12.04-server-cloudimg-amd64-disk1.img </pre> <pre> Uploading image 'Ubuntu 12.04 cloudimg amd64' =====================================================================================================================================================================================================================================[100%] 136.648660M/s, ETA 0h 0m 0s Added new image with ID: d1b7defa-0c35-4e8c-aef5-0d58c8d80a52 </pre> La commande glance index donne une liste des images: <pre> glance index </pre> <pre> ID Name Disk Format Container Format Size ------------------------------------ ------------------------------ -------------------- -------------------- -------------- d1b7defa-0c35-4e8c-aef5-0d58c8d80a52 Ubuntu 12.04 cloudimg amd64 qcow2 ovf 230490112 </pre> La commande glance details affiche des informations détaillées sur toutes les images. <pre> glance details </pre> <pre> ================================================================================ URI: http://192.168.1.250:9292/v1/images/d1b7defa-0c35-4e8c-aef5-0d58c8d80a52 Id: d1b7defa-0c35-4e8c-aef5-0d58c8d80a52 Public: Yes Protected: No Name: Ubuntu 12.04 cloudimg amd64 Status: active Size: 230490112 Disk format: qcow2 Container format: ovf Minimum Ram Required (MB): 0 Minimum Disk Required (GB): 0 Owner: 0f71e86d30e247d3b1216fe5f2f3aa50 ================================================================================ </pre> La syntaxe de la commande glance add est la suivante : <pre> glance add name="<Image name>" is_public=true container_format=<container_format> disk_format=<disk_format> < <filename> </pre> où: *<Image name> : Nom que l'on veut donner a l'image *is_public=true : L'image est visible (true) ou non (false) dans tous les projets *<container_format> : Container Type de container bare pas de container, ovf OVF Container, aki ari ami Amazon kernel ramdisk ou machine *<disk_format> : Format de l'image raw, qcow2, vmdk, iso etc… *<filename> : Le nom de l'image a uploader Pour voir la liste des commandes disponibles et les détails utilisez : <pre> glance help [NOM DE LA COMMANDE] </pre> == Nova == Passez maintenant à l'installation de Nova, la gestion des instances des machines virtuelles, de leur espace disque et du réseau. === Préparation de la base de données Mysql === La commande suivante crée un utilisateur et sa base de données nommés "nova". Changez SQLPASSWD par un mot de passe de votre choix <pre> mysql -u root -p <<EOF CREATE DATABASE nova; GRANT ALL PRIVILEGES ON nova.* TO 'nova'@'%' IDENTIFIED BY 'SQLPASSWD'; EOF </pre> === Installation === Installez les paquets nova-api nova-cert nova-common nova-compute nova-compute-kvm nova-doc nova-network nova-objectstore nova-scheduler novnc nova-consoleauth nova-volume python-nova python-novaclient. === Configuration === Création des services et points d'accès pour Keystone, au nombre de 2: les services compute et volume. ==== Service compute ==== <pre> keystone service-create --name=nova --type=compute --description='OpenStack Compute Service' </pre> <pre> +-------------+----------------------------------+ | Property | Value | +-------------+----------------------------------+ | description | OpenStack Compute Service | | id | 4ba6c7149dd1421f8c429afc0c8dbdfe | | name | nova | | type | compute | +-------------+----------------------------------+ </pre> <pre> keystone endpoint-create --region RegionOne --service_id=4ba6c7149dd1421f8c429afc0c8dbdfe --publicurl='http://192.168.1.250:8774/v2/%(tenant_id)s' --internalurl='http://192.168.1.250:8774/v2/%(tenant_id)s' --adminurl='http://192.168.1.250:8774/v2/%(tenant_id)s' </pre> <pre> +-------------+--------------------------------------------+ | Property | Value | +-------------+--------------------------------------------+ | adminurl | http://192.168.1.250:8774/v2/%(tenant_id)s | | id | f783461a1d0f4d9fb8e6dabc0fd0a177 | | internalurl | http://192.168.1.250:8774/v2/%(tenant_id)s | | publicurl | http://192.168.1.250:8774/v2/%(tenant_id)s | | region | RegionOne | | service_id | 4ba6c7149dd1421f8c429afc0c8dbdfe | +-------------+--------------------------------------------+ </pre> ==== Service volume ==== <pre> keystone service-create --name=volume --type=volume --description='OpenStack Volume Service' </pre> <pre> +-------------+----------------------------------+ | Property | Value | +-------------+----------------------------------+ | description | OpenStack Volume Service | | id | de65a68c5ae34737bc6678f6c7bc884a | | name | volume | | type | volume | +-------------+----------------------------------+ </pre> <pre> keystone endpoint-create --region RegionOne --service_id=de65a68c5ae34737bc6678f6c7bc884a --publicurl='http://192.168.1.250:8776/v1/%(tenant_id)s' --internalurl='http://192.168.1.250:8776/v1/%(tenant_id)s' --adminurl='http://192.168.1.250:8776/v1/%(tenant_id)s' </pre> <pre> +-------------+--------------------------------------------+ | Property | Value | +-------------+--------------------------------------------+ | adminurl | http://192.168.1.250:8776/v1/%(tenant_id)s | | id | 36834fdc7ce3410a8442dffd90c3d3e2 | | internalurl | http://192.168.1.250:8776/v1/%(tenant_id)s | | publicurl | http://192.168.1.250:8776/v1/%(tenant_id)s | | region | RegionOne | | service_id | de65a68c5ae34737bc6678f6c7bc884a | +-------------+--------------------------------------------+ </pre> Dans les fichiers ci-dessous, SQLPASSWD est le mot de passe MySQL Nova, ADMPASSWD le mot de passe du compte de service Nova Ouvrez avec les droits d'administration le fichier '''/etc/nova/api-paste.ini''' et modifiez les lignes: <pre> admin_tenant_name = service admin_user = nova admin_password = ADMPASSWD </pre> Ouvrez avec les droits d'administration le fichier '''/etc/nova/nova.conf''' et remplacer tout avec les lignes ci dessous. La configuration obtenue utilisera le mode Dhcp. La ligne "nova.scheduler.simple.SimpleScheduler" défini une utilisation avec un seul serveur. Pour un mode Vlan, pour utiliser plusieurs serveurs ou d'autres options, reportez-vous à la documentation OpenStack (en). <pre> # LOGS/STATE --verbose --logdir=/var/log/nova --state_path=/var/lib/nova --lock_path=/var/lock/nova --allow_admin_api=true --use_deprecated_auth=false --cc_host=192.168.1.250 --nova_url=http://192.168.1.250:8774/v1.1/ --routing_source_ip=192.168.1.250 --s3_host=192.168.1.250 --ec2_host=192.168.1.250 --ec2_url=http://192.168.1.250:8773/services/Cloud --keystone_ec2_url=http://192.168.1.250:5000/v2.0/ec2tokens --scheduler_driver=nova.scheduler.simple.SimpleScheduler --root_helper=sudo nova-rootwrap # AUTHENTICATION --auth_strategy=keystone # VOLUMES --iscsi_helper=tgtadm --iscsi_ip_prefix=172.16.0 # DATABASE --sql_connection=mysql://nova:SQLPASSWD@192.168.1.250/nova # COMPUTE --libvirt_type=kvm --connection_type=libvirt --libvirt_use_virtio_for_bridges=true --api_paste_config=/etc/nova/api-paste.ini --allow_resize_to_same_host=True --start_guests_on_host_boot=true --resume_guests_state_on_host_boot=true # RABBITMQ --rabbit_host=192.168.1.250 # GLANCE --image_service=nova.image.glance.GlanceImageService --glance_api_servers=192.168.1.250:9292 # NETWORK --network_manager=nova.network.manager.FlatDHCPManager --dhcpbridge_flagfile=/etc/nova/nova.conf --dhcpbridge=/usr/bin/nova-dhcpbridge --fixed_range=172.16.0.0/24 --flat_network_dhcp_start=172.16.0.2 --flat_network_bridge=br1 --flat_interface=eth1 --network_size=256 --flat_injected=False --my_ip=192.168.1.250 --floating_range=192.168.1.0/24 --force_dhcp_release --public_interface=br0 # NOVNC CONSOLE --vnc_enabled=true --novncproxy_base_url=http://192.168.1.250:6080/vnc_auto.html --vncserver_proxyclient_address=127.0.0.1 --vncserver_listen=127.0.0.1 </pre> Toutes les entrées --flat… correspondent au réseau privé(172.16.0.0/24, début 172.16.0.2), destiné aux communications entre les VMs (pour Virtual Machine ou machines virtuelles), les autres serveurs Nova ou de stockage s'il y a… --floating_range est le réseau public (LAN ou Internet) sur lequel est branché l'interface br0, pour attribuer une adresse aux VMs sur le réseau public. L'adresse 192.168.1.250 est celle de l'interface br0, ne remplacez pas par 127.0.0.1, ça ne fonctionnera pas. Modifiez les droits sur le répertoire '''/etc/nova''' <pre> sudo chown -R nova:nova /etc/nova/ </pre> Redémarrez tous les services nova <pre> for a in libvirt-bin nova-network nova-compute nova-api nova-objectstore nova-scheduler nova-volume nova-cert nova-consoleauth novnc; do sudo service "$a" stop; done for a in libvirt-bin nova-network nova-compute nova-api nova-objectstore nova-scheduler nova-volume nova-cert nova-consoleauth novnc; do sudo service "$a" start; done </pre> Synchronisez la base de données <pre> sudo nova-manage db sync </pre> Redémarrez de nouveau tous les services <pre> for a in libvirt-bin nova-network nova-compute nova-api nova-objectstore nova-scheduler nova-volume nova-cert nova-consoleauth novnc; do sudo service "$a" stop; done for a in libvirt-bin nova-network nova-compute nova-api nova-objectstore nova-scheduler nova-volume nova-cert nova-consoleauth novnc; do sudo service "$a" start; done </pre> === Utilisation === Vous pouvez maintenant vérifier que tous les services fonctionnent, le résultat dans la colonne STATE doit être *un smiley, représenté par :-), pour "OK". *un XXX : quelque chose n'as pas fonctionné, consultez les logs dans /var/log/nova/nova-le_nom_du_service_KO. <pre> sudo nova-manage service list </pre> <pre> 2012-05-16 00:20:09 DEBUG nova.utils [req-527f4f50-f02e-41da-bc96-43d3d9070807 None None] backend <module 'nova.db.sqlalchemy.api' from '/usr/lib/python2.7/dist-packages/nova/db/sqlalchemy/api.pyc'> from (pid=9869) __get_backend /usr/lib/python2.7/dist-packages/nova/utils.py:658 Binary Host Zone Status State Updated_At nova-scheduler myhost nova enabled :-) 2012-05-15 22:20:04 nova-volume myhost nova enabled :-) 2012-05-15 22:20:03 nova-compute myhost nova enabled :-) 2012-05-15 22:20:05 nova-network myhost nova enabled :-) 2012-05-15 22:20:03 nova-consoleauth myhost nova enabled :-) 2012-05-15 22:20:03 nova-cert myhost nova enabled :-) 2012-05-15 22:20:04 </pre> L'affichage du résultat d'une commande est beaucoup plus rapide que son exécution réelle. Si vous n'obtenez pas de message d'erreur, patientez quelques instants et vérifiez avec une commande d'affichage que l'action a bien été prise en compte. Relancer une commande ou demander son annulation alors qu'elle est en cours d'exécution peut rendre le composant Nova instable et empêcher la suppression de l'action demandée ou laisser des entrées indésirables dans la base de données. Exemples: l'attribution d'une adresse IP publique ou la création d'un disque virtuel. N'hésitez pas à… patienter ==== Images disques ==== Listez les images disque fournies par le service Glance <pre> nova image-list </pre> <pre> +--------------------------------------+-----------------------------+--------+--------+ | ID | Name | Status | Server | +--------------------------------------+-----------------------------+--------+--------+ | d1b7defa-0c35-4e8c-aef5-0d58c8d80a52 | Ubuntu 12.04 cloudimg amd64 | ACTIVE | | +--------------------------------------+-----------------------------+--------+--------+ </pre> ==== Réseaux ==== Profitez-en pour créer les réseaux privés et publics. Les adresses seront enregistrées dans la base MySQL. Le réseau public <pre> sudo nova-manage floating create --ip_range=192.168.1.0/24 </pre> Le réseau privé, destiné aux communications entre les VMs, les autres serveurs Nova ou de stockage s'il y a… <pre> sudo nova-manage network create private --fixed_range_v4=172.16.0.0/24 --num_networks=1 --bridge=br1 --bridge_interface=eth1 --network_size=256 </pre> ==== Parefeu ==== Par défaut, les règles de parefeu bloquent les paquets entrants sur l'interface publique à destination des VMs. Il est possible de créer des ensembles de règles. L'ensemble des règles utilisée devra être spécifié au lancement de chaque instance. Ci-dessous un exemple de création de règles sur l'ensemble "default" créé automatiquement à l'installation, si vous voulez autoriser le ping et SSH pour toutes les VMs sur l'interface publique ( icmp -1 correspond a tout ). <pre> nova secgroup-add-rule default icmp -1 -1 0.0.0.0/0 </pre> <pre> +-------------+-----------+---------+-----------+--------------+ | IP Protocol | From Port | To Port | IP Range | Source Group | +-------------+-----------+---------+-----------+--------------+ | icmp | -1 | -1 | 0.0.0.0/0 | | +-------------+-----------+---------+-----------+--------------+ </pre> <pre> nova secgroup-add-rule default tcp 22 22 0.0.0.0/0 </pre> <pre> +-------------+-----------+---------+-----------+--------------+ | IP Protocol | From Port | To Port | IP Range | Source Group | +-------------+-----------+---------+-----------+--------------+ | tcp | 22 | 22 | 0.0.0.0/0 | | +-------------+-----------+---------+-----------+--------------+ </pre> Listez les règles de ports autorisés sur le groupe de règles "default" <pre> nova secgroup-list-rules default </pre> <pre> +-------------+-----------+---------+-----------+--------------+ | IP Protocol | From Port | To Port | IP Range | Source Group | +-------------+-----------+---------+-----------+--------------+ | icmp | -1 | -1 | 0.0.0.0/0 | | | tcp | 22 | 22 | 0.0.0.0/0 | | +-------------+-----------+---------+-----------+--------------+ </pre> === Première machine virtuelle === Maintenant que tout fonctionne, vous allez pouvoir créez votre première VM. Assurez-vous d'avoir créé une clé SSH: <pre> ssh-keygen -t rsa </pre> Ajoutez-la au serveur <pre> nova keypair-add --pub_key ~/.ssh/id_rsa.pub key1 </pre> Il faut définir les spécifications de la future VM, pour voir les possibilités, utilisez la commande ci-dessous, la création de vos propres définitions étant bien sur possible: <pre> nova flavor-list </pre> <pre> +----+-----------+-----------+------+-----------+------+-------+-------------+ | ID | Name | Memory_MB | Disk | Ephemeral | Swap | VCPUs | RXTX_Factor | +----+-----------+-----------+------+-----------+------+-------+-------------+ | 1 | m1.tiny | 512 | 0 | 0 | | 1 | 1.0 | | 2 | m1.small | 2048 | 10 | 20 | | 1 | 1.0 | | 3 | m1.medium | 4096 | 10 | 40 | | 2 | 1.0 | | 4 | m1.large | 8192 | 10 | 80 | | 4 | 1.0 | | 5 | m1.xlarge | 16384 | 10 | 160 | | 8 | 1.0 | +----+-----------+-----------+------+-----------+------+-------+-------------+ </pre> Pour la suite, il sera utilisé l'ID 1 correspondant à une machine disposant de 512 Mb de RAM, 1 CPU virtuel et aucun disque supplémentaire. Lancez votre première VM avec la commande nova boot, le paramètre --flavor indique quelles spécifications, --image l'ID de l'image fournie par glance, vient ensuite le nom et la clé ssh utilisée. Indiquez aussi l'ensemble de règles de parefeu, sinon c'est l'ensemble "default" qui est appliqué. <pre> nova boot --flavor 1 --image d1b7defa-0c35-4e8c-aef5-0d58c8d80a52 myfirstvm --key_name key1 & </pre> <pre> [1] 5472 +-------------------------------------+--------------------------------------+ | Property | Value | +-------------------------------------+--------------------------------------+ | OS-DCF:diskConfig | MANUAL | | OS-EXT-SRV-ATTR:host | myhost | | OS-EXT-SRV-ATTR:hypervisor_hostname | None | | OS-EXT-SRV-ATTR:instance_name | instance-00000003 | | OS-EXT-STS:power_state | 0 | | OS-EXT-STS:task_state | scheduling | | OS-EXT-STS:vm_state | building | | accessIPv4 | | | accessIPv6 | | | adminPass | 4BMRzdXgtLvF | | config_drive | | | created | 2012-07-09T17:09:18Z | | flavor | m1.tiny | | hostId | | | id | 9360ae16-6b3a-4eb6-9b15-6b05d3f83989 | | image | Ubuntu 12.04 cloudimg amd64 | | key_name | key1 | | metadata | {} | | name | myfirstvm | | progress | 0 | | status | BUILD | | tenant_id | 0f71e86d30e247d3b1216fe5f2f3aa50 | | updated | 2012-07-09T17:09:19Z | | user_id | c97c87b3ed894401975dd6d757b40330 | +-------------------------------------+--------------------------------------+ [1]+ Fini nova boot --flavor 1 --image d1b7defa-0c35-4e8c-aef5-0d58c8d80a52 myfirstvm --key_name key1 </pre> Un récapitulatif des propriétés de la machine s'affiche. Pour le réafficher, utilisez la commande <pre> nova show myfirstvm </pre> Pour lister les VM existantes <pre> nova list </pre> <pre> +--------------------------------------+-----------+--------+--------------------+ | ID | Name | Status | Networks | +--------------------------------------+-----------+--------+--------------------+ | 9360ae16-6b3a-4eb6-9b15-6b05d3f83989 | myfirstvm | ACTIVE | private=172.16.0.2 | +--------------------------------------+-----------+--------+--------------------+ </pre> Connectez-vous sur la VM <pre> ssh ubuntu@172.16.0.2 </pre> <pre> Welcome to Ubuntu 12.04 LTS (GNU/Linux 3.2.0-25-virtual x86_64) * Documentation: https://help.ubuntu.com/ System information as of Mon Jul 9 17:10:53 UTC 2012 . . . To run a command as administrator (user "root"), use "sudo <command>". See "man sudo_root" for details. ubuntu@myfirstvm:~$ exit logout Connection to 172.16.0.2 closed. </pre> Vous pouvez créez un disque dur supplémentaire <pre> nova volume-create --display_name "volume1" 10 </pre> Attachez-le à la VM <pre> nova volume-attach myfirstvm 1 /dev/vdb </pre> Vérifiez le rattachement <pre> nova volume-list </pre> <pre> +----+--------+--------------+------+-------------+--------------------------------------+ | ID | Status | Display Name | Size | Volume Type | Attached to | +----+--------+--------------+------+-------------+--------------------------------------+ | 1 | in-use | volume1 | 10 | None | 9360ae16-6b3a-4eb6-9b15-6b05d3f83989 | +----+--------+--------------+------+-------------+--------------------------------------+ </pre> Vous pouvez maintenant vous reconnecter à la VM pour partitionner ce disque et l'utiliser. Connectez maintenant cette instance virtuelle a votre LAN. Il faut tout d'abord allouer une adresse IP <pre> nova floating-ip-create </pre> <pre> +-------------+-------------+----------+------+ | Ip | Instance Id | Fixed Ip | Pool | +-------------+-------------+----------+------+ | 192.168.1.1 | None | None | nova | +-------------+-------------+----------+------+ </pre> Puis attachez cette adresse à la VM <pre> nova add-floating-ip myfirstvm 192.168.1.1 </pre> Patientez quelques secondes et vérifiez la présence sur votre LAN d'une machine à cette adresse <pre> ping -c 2 192.168.1.1 </pre> <pre> PING 192.168.1.1 (192.168.1.1) 56(84) bytes of data. 64 bytes from 192.168.1.1: icmp_req=1 ttl=64 time=0.589 ms 64 bytes from 192.168.1.1: icmp_req=2 ttl=64 time=0.452 ms --- 192.168.1.1 ping statistics --- 2 packets transmitted, 2 received, 0% packet loss, time 999ms rtt min/avg/max/mdev = 0.452/0.520/0.589/0.072 ms </pre> La commande nova list vous confirme l'attribution <pre> nova list </pre> <pre> +--------------------------------------+-----------+--------+---------------------------------+ | ID | Name | Status | Networks | +--------------------------------------+-----------+--------+---------------------------------+ | 9360ae16-6b3a-4eb6-9b15-6b05d3f83989 | myfirstvm | ACTIVE | private=172.16.0.2, 192.168.1.1 | +--------------------------------------+-----------+--------+---------------------------------+ </pre> Il est bien sur possible d'envoyer des commandes à partir de n'importe quel autre ordinateur où les paquets python-novaclient,python-nova-adminclient sont installés. Pour voir la liste des commandes disponibles et les détails utilisez : <pre> nova help [NOM DE LA COMMANDE] </pre> == Dashboard Horizon == L'interface graphique, le Dashboard Horizon, a été développée pour simplifier l'administration du serveur et des projets. L'accès se fait à partir d'un navigateur web pointant à l'adresse du serveur. Les différents services doivent être installés et configurés avant de pouvoir l'utiliser. Une grande partie des commandes est alors à portée d'un clic de souris. === Installation === Installez les paquets apache2,libapache2-mod-wsgi,openstack-dashboard Redémarrez le serveur web Apache pour vérifier que tout est OK <pre> sudo service apache2 restart </pre> === Utilisation === Ouvrez votre navigateur favori à l'adresse de votre interface publique ou 127.0.0.1 Comme pour les commandes shell, l'affichage du résultat d'une commande ne garantit pas qu'elle soit entièrement exécutée. Si vous n'obtenez pas de message d'erreur, la mise à jour de la page peut demander quelques secondes supplémentaires. Relancer une commande ou demander son annulation alors qu'elle est en cours d'exécution peut rendre le composant Nova instable et empêcher la suppression de l'action demandée ou laisser des entrées indésirables dans la base de données. Exemple: lors de la suppression d'un disque virtuel, les données sont supprimées avant que l'espace ne soit libéré. N'hésitez pas à… patienter Les identifiants de connexion de l'administrateur sont les mêmes que ceux du fichier .novarc. Si vous avez suivi ce document sans rien changer il s'agit donc pour le compte d'administration de: Username : admin Password: ADMPASSWD. Les comptes qui ont pour rôle "admin" ont accès a l'interface d'administration sur le Dashboard, ainsi qu'a leur(s) projet(s). Les rôles "Member" n'ont accès qu'a leur(s) projet(s). ==== Accès Admin ==== Dans l'ordre les différents menus : *Overview : Récapitulatif de l'usage des serveurs par projet, utilisation actuelle en nombre de CPU virtuels, RAM et Disques puis compteur en CPU et espace disque(GB) par heures. *Instances : Liste des instances de machines virtuelles actuelles plus quelques infos globales comme le projet auquel elles appartiennent, le serveur hôte, l'adresse IP, la taille, le statut et les actions en cours. *Services : Liste des services activés et le serveur hôte. *Flavors : La liste des types d'instances disponibles, leurs spécifications en nombre de CPUs, mémoire, espace disque. La création de nouvelles définitions d'instance est possible. *Images : Les images disques stockées par le service Glance. *Projects : les projets existants et leur statut. Il est possible de créer de nouveaux projets. *Users : La liste des utilisateurs enregistrés, avec la possibilité d'ajouter ou d'éditer les détails mais pas d'ajouter l'utilisateur a plusieurs projets. *Quotas : les quotas définis sur les ressources des serveurs, pas de modification possible. ==== Accès projets ==== Un bouton permet de basculer entre les différents projets dont l'utilisateur est membre, si il y a. Puis viennent les menus : *Overview : Récapitulatif, comme dans la partie Admin, mais ne concernant que le projet sélectionné. *Instances & Volumes : La liste des instances existantes et les possibilité de les éditer, la création ou modification des volumes disques virtuels. *Images & Snapshots : Liste des images autorisées pour le projet, sert a lancer de nouvelles instances. Regroupe aussi les instantanés disponibles, instances et volumes disques. *Acces & Security : Les adresses IP disponibles pour connecter les instances au réseau public avec possibilité de création, les groupes de règles de parefeu et leur interface d'édition et enfin la liste des clés SSH avec l'import ou la création de certificat. == Créez vos propres images == L'intérêt d'OpenStack étant de déployer rapidement des instances de machines virtuelles, ça ne servirait a rien de devoir passer ensuite des heures à les configurer. La création de vos propres images vous permettra de gagner un temps précieux. Plusieurs grandes distributions ont été testées avec succès, dont Ubuntu et Debian, RedHat et Centos mais aussi Mandriva. D'autres systèmes peuvent aussi servir comme FreeBSD ou encore Windows. Pour un système Linux, les pré-requis sont : un système à jour, Curl et un serveur SSH. Pour FreeBSD ou Windows, prévoyez l'installation du pilote Virtio.(driver Windows signé disponible ici). Installez et configurez une VM avec KVM, installez les logiciels et services voulus et les comptes utilisateurs. Gardez à l'esprit que tout ce que vous faites sur cette image se retrouvera sur chaque instance. Et à l'inverse, tout ce que vous n'aurez pas fait sera aussi à refaire à chaque nouvelle VM. Pour simplifier l'administration des comptes sur les instances, l'utilisation d'un annuaire LDAP facilite grandement le travail. Il suffira ensuite de faire les changements sur l'annuaire pour ne pas être obligé de remettre ses images a jour. Pour finir, pour les images Linux, ouvrez avec les droits d'administration le fichier /etc/rc.local et ajoutez les lignes suivantes avant la ligne "exit 0" (ou avant "/var/lock/subsys/local" pour Centos). Ceci permettra à l'instance de récupérer les clés SSH au lancement. <pre> echo >> /root/.ssh/authorized_keys curl -m 10 -s http://169.254.169.254/latest/meta-data/public-keys/0/openssh-key | grep 'ssh-rsa' >> /root/.ssh/authorized_keys echo "AUTHORIZED_KEYS:" echo "************************" cat /root/.ssh/authorized_keys echo "************************" </pre> Une dernière précaution à prendre pour éviter les conflits de nommage des interfaces réseau: effacer la règle udev y faisant référence: <pre> sudo rm -rf /etc/udev/rules.d/70-persistent-net.rules </pre> Votre image disque est maintenant prête à être exportée sur le serveur Glance. == Désinstallation == Pour supprimer cette application, supprimer les paquets. Selon la méthode choisie, la configuration globale de l'application est conservée ou supprimée. Les journaux du système, et les fichiers de préférence des utilisateurs dans leurs dossiers personnels sont toujours conservés. Supprimez ensuite les bases de données keystone, glance et nova
Extrait


OldNewDate CreatedAuthorActions
4 février 2016 à 13 h 36 min Anthony Magnini